La Maillerie – Les 3 Suisses

Villeneuve-D'Ascq / Nord / 2017

Le site se situe au sein d’une vaste zone de reconversion industrielle de 120 ha, stratégique pour la métropole Lilloise. Le Plan Bleu porté par la Métropole européenne de Lille (MEL) a défini les grandes orientations visant à la renaturation partielle de la zone par le raccordement d’une rivière naturelle, la Marque, à un bras mort du système de canaux, la branche de Croix.

Dans un premier temps, l’étude menée en 2012 par ANMA dans le cadre de la démarche  Ville Intense, initiée par la MEL, a porté la réflexion sur un premier secteur de 50ha à l’est de la rue Jean Jaurès à l’interface des communes de Croix et de Villeneuve d’Ascq sur lequel était implanté en grande partie le groupe 3Suisses.

Le départ de l’activité logistique du groupe 3 Suisses libérant dans un premier temps 10ha au cœur d’un nouveau morceau de ville à réinventer,  a permis à ANMA de développer ensuite, comme urbaniste en chef, un projet urbain pour le compte du groupe 3 Suisses associé à Linkcity : la Maillerie. Après un Permis d’Aménager délivré en 2017, le projet est aujourd’hui en phase opérationnelle et piloté par Linkcity en coopération avec Nodi.

Ce projet urbain de reconversion du site logistique se propose de créer un quartier mixte à dominante d’habitat et à cheval sur les communes de Croix et de Villeneuve d’Ascq. L’aménagement du site s’appuie sur cinq invariants :

Parc des bords de Marque

Sur les franges Est et Nord, le projet profite de l’opportunité du Plan Bleu pour reconnecter la Branche de Croix à la Marque à travers  un grand parc linéaire des bords de Marque. Il libère l’emprise nécessaire pour permettre à la MEL, dans un second temps, d’assurer la maîtrise d’ouvrage d’un nouveau parc urbain autour de la petite Marque ré-ouverte. Il crée un vaste espace vert en continuité des espaces boisés du club hippique et de la résidence de Flandres. Favorisant les échappées visuelles, le retournement de la ville sur l’eau fera ainsi émerger un nouveau front urbain, donnant une identité forte au quartier.

Allée structurante

En partie centrale, une allée piétonne nord-sud s’implante en lieu et place du bâtiment existant de la galerie. Axe structurant du nouveau quartier, elle permet d’accéder aux différents programmes qui lui sont adressés. Elle s’élargit au cœur du projet pour devenir place, lieu de centralité et d’animation pour le nouveau quartier. Véritable dorsale du projet urbain et support des modes actifs, cette allée a vocation à être prolongée au-delà du quartier Flers, au sud en direction du groupe scolaire Jean Jaurès et au nord jusqu’à la station de métro et au centre-ville de Croix afin d’irriguer tout le quartier.

Cours urbaines

Sur la frange ouest, la rue Jean Jaurès est ponctuée de cours urbaines actives – bureaux, maison de santé, etc. -, portes d’entrées vers le cœur du quartier. Ce système de cours « actives » vient renforcer la rue Jean Jaurès dans sa fonction d’axe économique de liaison entre les deux polarités du centre-ville de Croix et du quartier de Flers-Breucq.

Sentes traversantes

Perpendiculairement aux trois axes (Parc, Allée, Rue) des sentes paysagères transversales permettent de desservir les bâtiments. Ces sentes sont piétonnes à l’exception de la voie nouvelle qui depuis la rue Jean Jaurès permet de desservir le nouveau quartier jusqu’à l’avenue Le Nôtre. Elles permettent d’intégrer et de relier le futur Parc des bords de Marques à la trame verte du grand territoire.

Bâtiments restructurés et constructions neuves intégrées à leur environnement

Le projet tend à réinterpréter de manière contemporaine ce qui fait l’identité du secteur : un tissu de faubourg mêlant à la fois différentes typologies d’habitat – de la maison de ville à l’immeuble collectif dense – et des activités diverses – des rez-de-chaussée “actifs” intégrés aux bâtiments d’habitation aux immeubles de bureaux. Les bâtiments ont ainsi des gabarits variés et développent un vocabulaire de toiture. Les vues sur le grand paysage et sur les jardins des cœurs d’îlots sont encouragées. Le long de l’avenue Le Nôtre et de la rue Jean Jaurès, les constructions viendront reconstituer des fronts bâtis dans le prolongement des bâtiments avoisinants pour favoriser la couture urbaine avec le quartier.

Le projet s’appuie également sur le potentiel des bâtiments existants pour proposer un quartier inscrit dans le « déjà-là ».  Certains bâtiments existants s’insèrent ainsi naturellement dans la nouvelle trame urbaine. Le grand volume du bâtiment logistique dit « Compact »  bénéficie d’une structure poteau-poutre béton relativement flexible. Il a donc constitué un potentiel de reconversion à saisir. Restructuré, (les deux derniers niveaux sont démolis et le bâtiment sera désépaissi) il s’intégrera ainsi mieux aux constructions avoisinantes plus basses. Il permettra d’accueillir des commerces et activités en RDC (dont une halle gourmande) , un grand parking silo aux étages, ainsi que des surfaces de bureaux le long de l’allée principale.

Témoignage du passé industriel du secteur, les bâtiments en brique autour de la cour du Cidal au sud-ouest du quartier sont également conservés et accueillent la Maison du Projet de la Maillerie et des activités diverses : bureaux de l’opérateur Nodi mais aussi lieu d’exposition, estaminet, laverie solidaire, etc.

Voir également

Haut de page