Bibliothèque / Restaurant & Résidence Universitaires

Aix-En-Provence / Bouches-du-Rhône / 2016

La ville d’Aix-en-Provence a la volonté de lier l’ensemble des sites universitaires répartis au Sud, par un parcours piétons/vélos, l’allée aux Roses. La future médiathèque et le restaurant universitaires occupent par rapport à ce parcours, une position stratégique qui sera un nouveau lieu de rencontres permettant aux étudiants de se retrouver sur une véritable place urbaine. Ce parcours urbain s’inscrit dans un itinéraire de promenade qui, à terme, devrait offrir une traversée de la ville.

L’opération des Fenouillères comporte trois programmes complémentaires – la médiathèque, le restaurant et la résidence universitaires – qui doivent être reliés, mais posséder chacun leur identité et leur autonomie de fonctionnement.

Cette programmation multiple est un atout. C’est à la fois un enjeu d’imbrication et de distinction vis-à-vis de l’édifice existant qui possède une image forte.

Pour respecter la topographie et s’imbriquer doucement dans le paysage, le projet met en œuvre des courbes paysagères qui permettent de poser les bâtiments dans le contexte urbain et végétal.

Ces lignes directrices restructurent l’allée aux Roses et s’évasent pour dessiner une place publique devant les entrées de la médiathèque et du restaurant, en belvédère sur l’avenue Gaston Berger. A partir de cette place, deux cheminements mènent, de part et d’autre du restaurant, à la résidence universitaire, en passant par un parvis haut qui fait écho à la place publique également accessible depuis l’avenue Gaston Berger. Les logements s’étirent en s’étageant dans la pente naturelle au milieu de jardins jusqu’au rond-point Berger/Guigou pour aboutir à un parvis bas.

Le bâtiment de la médiathèque est un volume singulier en courbes tendues qui contrastent volontairement avec l’architecture stricte de l’édifice existant. Cette dualité architecturale affirmée est délibérée. Elle crée un volume hybride qui abrite les deux programmes imbriqués. Le bâtiment neuf est entièrement vitré mais protégé par des lames brise-soleil de béton léger (béton de fibres) qui lui donnent une matérialité étrange, filtre de lumière tout en courbes entre intérieur et extérieur.

Ce jeu de courbes et contre-courbes colorées donne une identité contemporaine et innovante à la bibliothèque.

Une coloration de la sous-face des lames par un vernis ocre brillant, ajoute à la plasticité des courbes. La vibration lumineuse des façades variera en fonction de la saison et de la course du soleil. Les lames extérieures en béton se prolongent à l’intérieur sous forme d’éléments de mobilier adaptés aux différents usages : banquettes, tablettes, écritoires, dosserets, éclairage et abat-sons. Le volume existant est réhabilité au plus proche de sa réalité constructive en béton. trois patios intérieurs apportent la lumière au cœur des espaces.

Le restaurant universitaire est organisé de manière rationnelle en «ruban» autour des façades. Une extension du volume à l’Est suit la logique constructive.

Voir également

Haut de page