Share – Devenir Tours

Tours / Indre-et-Loire / 2024

L’équipe opte pour une réhabilitation dans la continuité du passé d’art et d’industrie du site. Préalablement occupée par le métallurgiste Gaury puis le laboratoire des arts de rue « Projet 244 », la friche de 15 900 m² en entrée de ville sera reconvertie en un véritable quartier piéton dédié à l’artisanat et à l’art. L’opération se réalise depuis les toutes premières phases de concours en intelligence collective : le projet est conçu en concertation avec riverains, acteurs publics, futurs utilisateurs et opérateurs locaux. Il propose une vision urbaine ultra-contextuelle et vertueuse : revalorisation du patrimoine industriel existant sans démolition, réutilisation des trames structurelles des anciennes halles, maintien des porosités des sols naturels, réversibilité et modularité de l’opération.

Une méthode : Concertation et co-conception au cœur du projet

Share émerge grâce à une méthode 100% intelligence collective. Dès la phase concours l’équipe structure son travail autour de journées « workshops », de rencontres avec riverains et acteurs locaux et d’ateliers publics de travail ouvert à tous. Ainsi, une relation de travail solide est établie avec les services de la ville et ses élus dès l’attribution du marché. Cette « manière de faire » a véritablement marqué la genèse du projet et sera maintenue tout au long des différentes étapes du projet.

L’équipe Share est plurielle et polyvalente : chaque membre possède une expérience, des talents et des savoirs qui dépassent leurs expertise, fonction ou lieu de vie. Le groupement réunit ainsi des acteurs issus de différentes sphères professionnelles, œuvrant tous à l’activation du site et à sa transformation en un lieu de vie, de travail et d’activités dédiées à la culture : centre dramatique national de Tours, Hirundi, Make ICI…

Mutualisation et réversibilité : Faire sens plutôt que signe

Share est la nouvelle porte d’entrée sud-ouest du centre-ville de Tours. C’est un lieu de rencontre privilégié doté d’une offre culturelle et artisanale unique. Le projet défend la culture de la haute qualité d’usage et promeut une manière de vivre alternative : des espaces mutualisés misent sur les synergies entres usages et habitants.

Share a l’ambition d’un urbanisme durable. Le caractère exceptionnel de ce site encaissé, au paysage de toits, devient le terreau fertile d’une proposition urbaine et architecturale respectueuse du contexte historique et environnemental. Le projet se compose de volumes capables. Capables de s’adapter à toutes les superpositions d’usages possibles, aux besoins de chacun, selon des paramètres de durabilité et de conscience écologique. Cette opération n’est pas figée : c’est une impulsion qui laissera le projet se transformer au cours de son occupation.

La mutualisation est illustrée partout : le parking, mais aussi les ateliers d’artiste, le restaurant, les espaces pluriels associatifs/séminaire ou la maison médicale. Quant à la réversibilité, ce ne sont pas moins de 7000 m² de parking aérien et 2000 m² de bureaux qui sont pensés pour pouvoir changer de destination. Le projet tisse la toile d’un quartier vivant et évolutif, aux qualités pérennes et à l’impact positif durable.

Share encourage à l’appropriation, à la profusion, aux démarches expérimentales et à la concertation. Sa structure est libre et flexible. Lisible et rationnelle, elle propose aux futurs habitants le cadre d’un jeu à construire ensemble. Le caractère inclusif de la programmation est le reflet d’une richesse de vie, de liberté et d’expression.

A l’inverse d’une juxtaposition, la programmation est l’articulation d’un tout : chaque entité irrigue les autres par synergie. Le projet devient une fabrique des courants alternatifs car les générations, les artistes, les cyclistes, les habitants, les employés, les gens de passage, les touristes se mélangent, s’expriment, pratiquent, fabriquent, vivent.

Programmation engagée, occupation transitoire

Cette fabrique de courants alternatifs répond à des enjeux de société : remettre l’artisanat et l’art au cœur de la ville, soutenir les jeunes souhaitant se lancer dans des pratiques manuelles et artistiques, favoriser l’entreprenariat, l’insertion sociale, les formations et reconversions professionnelles mais aussi susciter des vocations en allant à la conquête de nouveaux publics et talents.

Le projet connaîtra une phase d’occupation transitoire et de préfiguration où la Maison Gaury se transformera en laboratoire de co-conception. Dans une optique d’ouverture citoyenne et de concertation publique, les habitants seront conviés à participer à des ateliers de travail tout au long de la conception du projet. Les riverains et futurs utilisateurs pourront par ailleurs participer à des temps fort de convivialité qui marqueront cette occupation transitoire : expositions, événements culturels, sportifs, ateliers participatifs artistiques ou artisanaux.

L’architecture d’une vision urbaine : un quartier comme projet

Share reconnecte les quartiers nord et sud. Il offre des espaces publics généreux, ouverts, paysagés et à majorité piéton ; la voiture est cantonnée au parking près des voies ferrées. Share valorise son identité ligérienne et porte une grande attention aux contraintes naturelles du site. Le sol naturel et les différentes porosités végétales traversant le site de part en part sont maintenus pour conserver une perméabilité et permettre l’évacuation des eaux. Grâce aux bassins de filtration et aux différents jardins publics, une continuité végétale maintient la biodiversité entre les rives du Cher et les voies ferrées.

Le projet architectural répare la ville en mettant en valeur le patrimoine tourangeau. En se réappropriant les tracés des halles historiques qui seront réhabilitées, il s’appuie sur l’existant et déploie une trame structurelle innovante sur l’ensemble du site. Cette trame poteaux poutre flexible permettra d’épouser toutes réversibilités programmatiques futures tandis que la reconversion des anciennes halles limite les démolitions et participe au contrôle de l’impact environnemental du projet.

La cohérence architecturale du projet assure une harmonie tout en laissant chaque programmation se singulariser par une toiture, une matérialité industrielle et une ambiance qui confèrent un caractère contemporain au projet.

Une suite de logements intermédiaires rythme un nouvel alignement urbain le long de l’avenue Auguste Chevalier. Plus proche du Cher, l’hôtel fait le lien avec le boulevard Winston Churchill, offre un belvédère au bord de l’eau et libère deux niveaux de plateaux accessibles gratuitement aux riverains et associations. Le théâtre et les ateliers sont installés dans la halle Gaury, totalement conservée et réhabilitée pour en faire un lieu d’expression artistique en écho au passé de manufacture et d’art – projet 244 – du lieu.

Les bureaux profitent de l’intériorité du site et reprennent les caractéristiques structurelles des anciennes halles sur lesquelles ils s’élèvent. Leurs entrées s’ouvrent sur l’agora, espace public au cœur du site, point de liaison entre le restaurant et le repair-café. Cette agora est un espace public central, support de représentations et d’expressions, faisant face aux gradins installés dans la pente naturelle. Le cœur du projet est un lieu de vie et de rassemblement, accessible à tous.

Haut de page