Musée du Judaïsme

Francfort / Allemagne / 2012

Le musée du judaïsme de Francfort est hybride. Composé de deux bâtiments qui dialoguent, il dégage une énergie temporelle insolite et bifide, entre déterminé et indéterminé, histoire et avenir, classique et modernité, ouverture et protection. Cette dualité forme cependant un tout, une sorte d’unité paradoxale qui constitue la force du bâtiment.

La partie neuve est de forme ascendante et aboutie par un mouvement curviligne aux étages haut du bâtiment ancien laissant ce dernier bien visible depuis le parc. Cet effet d’ascension en spirale prend racine dans le sol à l’entrée du musée. C’est une rampe-escalier qui est au cœur de la composition. Tracée en limite tangentes des arbres du parc (tous conservés) cette circulation dessert tous les niveaux du musée. Sa façade est faite de lames d’acier en torsion qui filtrent et protègent du regard mais qui, à la manière d’un voile, laissent certains espaces ouverts à la vue.

Les perspectives sur l’entrée sont à chaque fois très différentes et dynamiques ce qui, d’une certaine manière, identifie le musée. Il n’y a pas de frontalité ou de composition centrée mais au contraire de multiples aspects, toujours insolites, suivant les points de vues dans la ville. Le musée s’affirme par sa singularité discrète.

Le fonctionnent intérieur est fluides et ouvert. A chaque niveau des liaisons sont créées entre les deux parties du musée ce qui permet d’élaborer des parcours scénographiques différents.

Dans l’existant c’est une remise à plat qui est proposée en mettant bien en valeur les décors de l’immeuble Rotschild et en restructurant la cage d’escalier de la partie plus récente afin de la rendre plus fonctionnelle.

L’accès au Musée se fait dans la partie neuve par une entrée en vis à vis avec le vestibule du Palais Rotschild et de plein pied avec le jardin (Gartengeschoss). Le visiteur est accueilli dans le foyer et peut, depuis cet espace, rejoindre toutes les zones d’expositions du musée, soit en empruntant la galerie qui longe les bâtiments existants, soit en empruntant les rampes le long de la façade nord. Elles sont le lieu d’une déambulation douce qui offre un glissement entre la zone d’exposition temporaire situé en sous-sol et la bibliothèque positionnée à l’entresol (zwischengeschoss). Depuis cet espace la visiteur peut rejoindre la salle de conférence et choisir de poursuivre sa visite en empruntant rampe ou escalier pour atteindre les premiers ou deuxièmes étages où se situe l’exposition temporaire.

Haut de page