Lycée Lyautey

Casablanca / Maroc / 2018

Grand vide dans un quartier très dense, le site de Beaulieu est entouré sur trois de ses côtés d’ensemble de logements entre R+3 et R+7. Compte tenu du programme accueillant des enfants entre 11 et 15 ans, et de l’immensité de la parcelle, il a fallu redimensionner leur espace de vie. En implantant le bâtiment à l’alignement de la zone non-aedificandi tout en offrant une percée sur le jardin public, les enfants se trouvent alors au cœur d’une enceinte protectrice ouverte sur de la végétation abondante. L’entrée se fait naturellement à l’angle de la rue Tamaarouft et du boulevard de Bordeaux, large place pouvant refléter l’image du collège, un collège certes ouvert, mais protecteur.

L’auvent en bois ajouré laisse entrevoir ce qui se passe dans le sas d’entrée. En atteignant le sol, il crée un écran protecteur et sécurise l’entrée du collège.

L’intégralité de la parcelle est entourée d’un mur de 2,70 m surplombé d’un système anti-franchissement protégeant les usagers de l’établissement. Les bâtiments sont implantés à plus de 5m de ce mur, à l’exception de l’entrée du bâtiment, de la zone de livraison du restaurant et de locaux techniques au sud de la parcelle.

Ces interventions ponctuelles permettent de dynamiser ce long linéaire de mur. Tel un ruban, il vient se déformer, comme des plis et des extrusions selon les usages. On pourrait imaginer y ajouter d’autres interventions pour déformer encore plus ce ruban : un banc offert à la ville, un pli intérieur offrant un espace jardiné à voir aux passants de la rue, etc…

La forme architecturale découlant de la lecture du programme est faite de bâtiments monolithique entre deux et trois étages surplombant le rez-de-chaussée.

Mais cette échelle est loin d’être adaptée pour de jeunes enfants. Le challenge est alors d’abaisser les hauteurs de ces édifices par un découpage et une déconstruction des volumes. Les bâtiments d’enseignement général sont crénelés entre R+2 et R+1, et le bâtiment ouest entre R+3 et R+2. Certaines salles d’enseignement spécialisées disposent alors d’espaces extérieurs en terrasses.

Entre failles et terrasses, cette architecture du découpage permet alors de réduire considérablement la massivité du bâtiment, et de créer des volumes d’ombres et de lumières, typiques de l’architecture méditerranéenne.

Voir également

Haut de page