Commerce « Atemporel »

Tours / Indre-et-Loire / 2007

Afin de s’insérer dans le tissu urbain existant, l’immeuble du commerce Atemporel à Tours reprend le thème de la toiture propre aux hôtels particuliers du XVIII siècle. Avec sa couverture en zinc patiné de noir, il décline dans la modernité l’ardoise traditionnelle. Quant aux légères pentes qui s’enchaînent, elles répondent aux mansardes d’époque. Si par sa morphologie inspirée du passé, l’édifice offre de revisiter le patrimoine architectural de la ville, il ne se départit pas pour autant de sa relation à l’architecture contemporaine. Le commerce Atemporel affirme sa gémellité avec le centre d’Art dramatique réalisé lui aussi par l’agence ANMA.

Optant pour la sobriété, l’édifice conjugue trois matériaux – béton, verre, acier galvanisé – et trois tons – du noir au blanc en passant par le gris. La déclinaison passe de la couverture noire en zinc, au gris des menuiseries métalliques et au blanc opalescent des façades intérieures.

Avec un programme comprenant un espace commercial, des bureaux, un parking et deux appartements de standing, l’immeuble Atemporel développe 3 niveaux. Les parements en béton sur les 2 premiers niveaux contrastent avec la légèreté de la charpente métallique de la toiture. Renforçant les lignes horizontales, ces éléments en béton soulignent les vitrines, les érigeant en véritables écrans donnant à découvrir depuis l’extérieur le mobilier exposé. Enfin, ce parti pris constructif permet d’intégrer les menuiseries horizontales dans l’épaisseur du béton et d’accentuer le rythme vertical du vitrage.

Les dalles alvéolaires réduisent la présence des éléments verticaux sur des portées de 10 mètres et dégagent par leur mise en œuvre un joint creux intégrant tous les réseaux. Ce jeu sur le calepinage rompt avec l’homogénéité créant un rythme propre.

Haut de page