Cœur de Ville

Ban-Saint-Martin / Moselle / 2017

Le nouveau Cœur de Ville de Ban Saint-Martin s’articule autour de deux espaces majeurs : la Place minérale en gradin qui mène à l’équipement public et le jardin à «vocation publique», placé au milieu des nouveaux logements. Les immeubles proposés reprennent des gabarits de maisons messines, larges demeures à fronton, en les réinterprétant de manière contemporaine. Du côté ville, les façades sont très coupées par des rythmes verticaux et à frontons. Côté jardin, les façades sont dessinées à partir de grands balcons en bois formant ensemble un rythme de portiques.
Les logements sont traversant avec des espaces balcons – loggias en prolongation directe des séjours. La qualité des accès et des vues rendent les appartements très confortables, offrant une nouvelle manière d’habiter.
Le nouveau coeur de Ban-Saint-Martin est composé sur-mesure à partir de ces îlots urbains très qualitatifs et en prise direct avec l’espace public.
Située sur les berges de la Moselle et à proximité du Mont Saint Martin, la commune profite d’un cadre naturel privilégié, constituante des principaux lieux de villégiature de l’agglomération messine.
L’accent est mis sur la volonté d’articuler la Place de la Liberté au reste de son territoire. Une faille est créée au sud de la Place, entre le futur équipement et le bâtiment B. Elle vient rythmer le front bâti en vides structurés, articulant pleins et vides entre des paysages de natures différentes. Une plateforme haute articule ces espaces et ouvre des perspectives vers les éléments forts du paysage que sont les berges de la Moselle et le Mont Saint Quentin. L’îlot est envisagé comme une pièce urbaine contemporaine avec une unité de traitement.
Il n’y a pas de façade secondaire donnant sur l’espace public mais une déclinaison de traitements spécifiques. Les façades créent une entité homogène qui s’appuie sur le vocabulaire existant en réinterprétant les éléments de langage des maisons messines. Le coeur d’îlot offre un écrin végétal protégé en corrélation avec la qualité du paysage environnant. Il s’agit d’affirmer l’identité du lieu.
Les bâtiments sont une succession de volumes denses et délimités par des failles. Ils génèrent donc autant de perspectives  qui scandent le front bâti et permettent des porosités entre l’espace public et privé. Il n’y a donc pas de bâtiment en angle, ceci non seulement pour une meilleure qualité de logements mais aussi pour prolonger les plans et les perspectives entre l’espace public et l’espace privé.
Les héberges de nos bâtiments reprennent les gabarits de l’existant et permettent d’apporter une réponse architecturale à la fois dense mais aussi contextualisée.

Voir également

Haut de page