Ordinaire – Extra

L’ordinaire extra est la seconde notion très importante dans la démarche de l’agence. Elle a été l’objet d’un thème de travail lors de séminaires étudiants.

C’est une notion qui est maintenant débattue dans le monde professionnel, et qui est toujours très polémique dans les revues au regard de ce qu’on peut appeler l’architecture spectacle, celle du star-système.

 

Les critiques et certains maîtres d’ouvrage considèrent encore trop souvent aujourd’hui qu’un bon projet d’architecture est avant tout une œuvre, une réalisation hors du commun qui se démarque de la banalité par son côté esthétique ou sculptural. Les résultats des concours d’architecture sont hélas trop souvent guidés par cette recherche de projets spectaculaires. Les débats récents autour de la production architecturale française en attestent. Les critiques et journalistes considèrent qu’il y a une “patte artistique” dans l’architecture française et qu’elle se distingue ainsi de la production allemande jugée plus technique. Ils pensent que l’architecture se doit d’être avant tout extraordinaire, comme une œuvre d’art.

Souvent, cette recherche de spectaculaire s’accompagne d’une débauche de moyens plastiques et financiers, inutiles au regard du sujet traité.

Je ne suis pas du tout d’accord avec cette position qui a tendance à ne retenir de l’architecture que l’esthétique de son aspect extérieur, son côté plus ou moins spectaculaire qui fait signe plutôt que sens.

Au contraire, étant donné les exigences de respect de l’environnement et les contraintes économiques, il convient aujourd’hui plus que jamais de faire une architecture ordinaire qui soit économe et qui s’ajuste au mieux dans le paysage.

Mais cette architecture sur mesure ne doit pas être banale pour autant :

elle doit être remarquable par sa place dans le contexte, par l’usage qu’elle offre, par le sens qu’elle propose, par sa manière de respecter l’environnement, par ses proportions justes et élaborées qui la rendront tout à fait contemporaine. Une architecture « ordinaire-extra » est discrète, elle ne se remarque qu’après un second regard, elle est tout sauf ostentatoire. Elle est beaucoup plus difficile à concevoir qu’une architecture extraordinaire.

See also

Back to Top