Énergie Naturelle

Economisez l’énergie !

C’est le leitmotiv de ce début de XXIème siècle. Les rapports des experts sont alarmants sur l’épuisement des ressources en énergie fossile. Certaines entreprises multinationales trouvent de nouveau gisements, en mer très profonde et dans les schistes, mais ces ressources sont complexes, chères et leur utilisation entraine d’autres dégâts pour la planète. Quant à l’énergie nucléaire, elle n’est plus souhaitable. Les nouvelles centrales nucléaires à fusion, dites propres (sans déchets), semblent très coûteuses à mettre en œuvre. Quant à l’utilisation de l’hydrogène, elle est si chère et si complexe que ce n’est certainement pas la réponse à l’urgence dans laquelle nous sommes.

Il faut donc économiser, consommer moins, et surtout trouver d’autres ressources et d’autres façons de faire.

Nous n’avons plus le choix au vu des prévisions, parfois cataclysmiques, qui sont faites par certains scientifiques. Je voudrais revenir précisément sur ce que disent quelques écologistes depuis fort longtemps dans leurs articles :

Nous avons 1.000 fois trop d’énergie à notre disposition, c’est le soleil qui nous la procure.

Mais nous ne savons ni bien la capter, ni bien la stocker. Je pense que l’avenir de l’humanité, puisque c’est cela dont il s’agit maintenant, est bien dans l’énergie solaire, même à faible rendement.

A titre d’exemple, équiper 5 000 km2 de toiture en France avec des panneaux photovoltaïques standards au rendement de 10%, suffirait à satisfaire toute la demande en énergie du pays.

Cela parait stupéfiant ; pourquoi ne met-on pas en œuvre immédiatement ce type de mesure, puisqu’il suffirait d’équiper un toit sur six en panneau solaire ? Cela nécessiterait bien sûr des infrastructures pour stocker et distribuer l’énergie d’une autre façon, mais aussi des procédés pour lesquels notre distribution nationale d’électricité et notre production nucléaire ne sont absolument pas préparées. Elles commencent cependant depuis peu à s’intéresser à ces solutions alternatives de productions diffuses et de stockage pour un réemploi rapide. Il faut se le répéter sans cesse, le soleil nous donne très largement toute l’énergie dont nous avons besoin au niveau planétaire. J’ai beaucoup poussé les projets de l’agence afin d’exploiter au mieux cette énergie solaire, soit sous forme photovoltaïque, soit en tirant partie de la chaleur produite sur l’immeuble (atriums, serres, espaces inter-climatique).

Une autre énergie est présente en grande quantité sur notre planète, c’est le vent. L’énergie éolienne est déjà très largement exploitée dans certaines régions du globe, par exemple en Californie ou dans les pays nordiques. En France, cette ressource reste très discrète et relativement peu développée au regard des sites de grand vent du pays. La pose de grandes éoliennes dans le paysage est toujours l’objet de critiques, voire d’attaques violentes des riverains. Cependant, outre les éoliennes, il existe une exploitation plus douce du vent à l’échelle de l’immeuble pour améliorer la ventilation des espaces : c’est cette dimension qui intéresse l’agence dans ses projets (ventilation naturelle, cheminées solaires).

Enfin la troisième énergie, gratuite celle-là aussi, est celle du sol. Et plus précisément son inertie : à 1m50 de profondeur, on trouve une température constante de 8 degrés environ (entre 5 et 13 degrés suivant les endroits).

Voilà du frais à disposition pour rafraichir les espaces (puits canadiens, inertie) ! L’agence travaille beaucoup avec cette donnée.

Combinée à l’énergie du soleil et du vent, elle crée un panel de solutions naturelles très efficaces pour tous nos projets d’architecture.

On pourrait bien sûr citer d’autres sources d’énergies renouvelables liées à la mer, aux courants, aux nappes phréatiques, etc. Mais le soleil, le vent et l’inertie du sol sont les plus facilement exploitables de manière naturelle pour l’architecture. Par exploitation naturelle, j’entends le fait de se passer de motorisation, et c’est là un sacré défi car aujourd’hui avec les normes, les réglementations et les certifications, tout incite à utiliser la mécanique.

 

See also

Back to Top